Le Bélieu   Le Bizot

est situé dans le canton du Russey  à 11 km    sup: 1072 ha     alt: 1018 m

Eglise Saint François d'Assise (1629)

Oeuvre du sculpteur François Cuenot né en 1610 au Bélieu est présent dans l'Eglise avec le retable, situé sur l'autel d'un des collatéraux.
 

Etymologie

Le Bélieu :  Selon la monumentale "Toponymie Générale de la France" d'Ernest Nègre, tome II, page 1124, note 21082,

Le Bélieu (Doubs) qui fut orthographié de différentes façons au cours des siècles [Beaulieu en 1446 et Bélieu en 1748) viendrait tout simplement du mot de langue d'oïl "bel" + lieu soit "beau lieu"....

Le Bizot: Origine du nom germanique buka, "lessive" de ce mot sont issus le terme "buée" qui désigne, dans la langue classique, "la lessive",ainsi que le microtoponyme "les buets" associé à des lavoirs.

********

La monnaie antique trouvée sur le site atteste son occupation dés l'époque romaine, mais sa mise en valeur date de la fin du XIII siécle. Le territoire appartient alors au seigneur de Réaumont, que les conflits de voisinage opposent à             Louis de Neuchâtel. Le traité du 9 décembre 1331, qui attribue notamment Le Bélieu aux Montfaucon, met fin à ces querelles féodales.

 

 

 

* Eglise St François d'Assise.

Pour la petite histoire : Relevant de la paroisse du Bizot depuis 1331, le Bélieu bâtit sa propre église de 1629 à 1631, date à laquelle elle est inscrite aux Monuments Historiques. François Cuenot, sculpteur du pays, l'orna d'un retable en 1667. L'église ayant été brûlée par les Suédois, le clocher ne fut reconstruit avec son dôme franc-comtois actuel qu'en 1680. (si l'église est fermée lors de votre visite, vous pouvez demander les clés au petit café situé à proximité).
On peut également signaler la Croix en fer forgé, située juste devant l'église, et qui est, elle aussi, inscrite aux Monuments Historiques.

******

La chapelle de notre dame de lourdes

En 1868, dix ans après les apparitions de Lourdes,
M. l'abbé Patois, curé du Bizot, conçut le projet d'élever dans sa paroisse un sanctuaire à Notre-Dame de Lourdes. Il y dépensa son activité et son argent, travaillant lui-même comme un simple manoeuvre. Le 23 novembre 1876, Mgr Paulinier, archevêque de Besançon, autorisait la bénédiction solennelle de la statue de la grotte.

******

A deux pas de l'église, la maison des moines.
"chanoines"(1619).

·        Sur le devant de la maison, la vieille terrasse des moines.
Saint Claude, mitré et crossé, qui marque bien ses quatre cents ans.

·        Les enfants avaient une grande dévotion à Saint Claude on mettait un sous à Saint Claude en allant à la bricotte ( à la contrebande) pour ne pas être pris par les douaniers.

·        Les statues de saint Claude sont fréquentes dans nos villages de Montagne, faites par les vieux sculpteurs de nos retables.

Rien qu’au Narbief il y en a deux et on ajoutait:
SÏ Yôd S’oï Dyâbl pour lou fû saint Claude.
C’est un diable pour le feu, c’est-à-dire qu’il préserve efficacement les maisons de l’incendie.

 

******

Le château de réaumont 1354

Louis de Neuchâtel ne pouvait voir d'un bon œil la forteresse se dresser en face de Morteau, il en demanda plusieurs fois la démolition. Pour toute réponse, Henri de Montfaucon, comte de Montbéliard, amassa des munitions de guerre à Réaumont. Jacquant d'Estavayer, officier de Louis de Neuchâtel, étant parvenu à surprendre la sentinelle du château y pénétra et égorgea le châtelain de Montfaucon. Le meurtrier fut condamné à faire le voyage en terre sainte. Cette tragédie marqua le début de conflits sanglants. La forteresse de Réaumont fut détruite en 1639. L'invasion des Suédois correspond à la première destruction et la conquête française à l'arasement.

*****

La maison de justice du Bizot

Primitivement, les seigneurs de Réaumont rendaient eux-mêmes la justice dans leur château du Bizot. A un carcan dressé en lieu public, on attachait le coupable pendant son procès. La maison de justice a gardé les fenêtres à croisées du XVI siecles. c'est aujourd'hui le café du village.